Anxiété

Tisné Bernard – Ostéopathe D.O et Thérapies Manuelles – Déblocage du Diaphragme.

13 imp des Glycines – 65310 Horgues et 28 av Lasbordes – 64420 Soumoulou – Tel : 06 80 30 08 80.

et

Centre de Thérapies Douces

105 rue du Théatre – 75015 Paris – Tel : 06 51 05 65 28 aux Heures Repas.

Consultations individuelles sur Paris pour les patients deux samedis par mois.

Formations et Cours pour les professionnels à Paris et Genève sur le déblocage du Diaphragme et la Respiration ainsi que sur les différentes Techniques de Reboutement (Dates des cours).

 

—————–

Dépression

Oxygénez son anxiété en respirant.

La dépression est la plus grosse épidémie de l’histoire de l’humanité. Plus d’une personne sur deux en est ou en sera affectée au cours de sa vie. Les facteurs qui en sont responsables sont aussi la cause selon de nombreuses études de beaucoup de maladies. Qu’il s’agisse de maux de tête, de douleurs musculaires, de problèmes intestinaux, d’arthrite, d’hypercholestérolémie, de fatigue chronique, de fibromyalgie, de maladies de peau, d’allergies, d’hypersensibilité, de cystite, ou de symptômes difficiles à diagnostiquer. La dépression ou l’anxiété sont souvent derrière tout cela.

Le langage populaire a bien ressenti cela. Ne dit-on pas : enfin je souffle, je suis à bout de souffle, je manque de souffle, avoir le souffle court, se sentir étouffer. Le lien entre les émotions et le souffle a été compris bien avant les progrès de la médecine.

Anxiété


L’anxiété se caractérise par un état d’alerte, de tension psychologique et somatique, en rapport avec un sentiment de peurs, d’inquiétude…. Avec l’anxiété peut se manifester les vertiges, les nausées, les palpitations, les difficultés à respirer, les contritions de la poitrine et la transpiration. Avec des symptômes physiques très présents l’anxiété devient plutôt de l’angoisse.

Lors d’une anxiété sans objet, disproportionnée par rapport à son objet ou bien causée par une maladie ou encore l’absorption d’une substance, on parle dans ce cas de troubles anxieux (état pathologique dans lequel la personne ne maitrise plus son anxiété).

A son paroxysme l’anxiété a une emprise globale sur la personne perdant alors ses perceptions de l’environnement, du temps et des émotions (Raptus anxieux).

L’anxiété en temps normale est courante et banale mais devient une maladie lorsqu’elle se répète très souvent ou intensément pour finir par être mal supportée et perturber la vie de tous les jours.

Les stimulants favorisent l’anxiété (café, thé) ainsi que l’inactivité, l’isolement, la solitude et la maladie. On peut la calmer par certaines drogues dont la courante et utilisée est l’alcool avec ses risques de toxicité et de dépendance. Le sentiment d’insécurité n’a aucun rapport avec la sécurité réelle. Il existe plus d’une anxiété :

L’anxiété généralisée dont les symptômes sont :

-sensation de danger permanent mais infondé.
-tension musculaire, tremblement et asthénie.
-obsessions concernant principalement la famille et sa situation financière.
-inquiétude, état de nervosité permanente, réactions de sursaut.
-difficulté à s’endormir.
-perturbations physiques dus à la décharge d’adrénaline (gorge serrée, mains moites, tachycardie, oppression, gène abdominale, bouffées de chaleur, envie d’uriner fréquentes, tension musculaire, sècheresse de la bouche, étourdissements, sensations d’instabilité).
-souffrance vécue difficilement supportable, répercussion sur la vie quotidienne.
– l’anxiété généralisée est appelée à tord tétanie ou spasmophilie.

Le trouble panique :

Il se définit par la présence d’attaques de panique survenant parfois de façon imprévisible et inattendue et s’installant soudainement avec la peur et un malaise intense. Les principaux symptômes sont identiques comme dans l’anxiété généralisée mais plus intenses ainsi que la peur de perdre le contrôle, de devenir fou, ou de mourir.

La phobie sociale :

La personne à des attaques de panique déclenchées dans des situations sociales où celle-ci a peur d’être jugé par les autres. De plus la personne est fort intéressée par les dires de son entourage et ce que les autres en général peuvent penser d’elle (à la limite de la paranoïa).

Les phobies spécifiques :

Les attaques de panique se déclenchent par un stimulus extérieur (sang, araignées, serpent, microbes, chien…) ou une situation en particulier (foule, grands magasins, ascenseurs…). La situation est bien défini et perçue comme une menace entrainant toujours une réponse d’anxiété chez la personne (panique, le besoin de boire à tel point que certains ne sortent pas sans leur bouteille d’eau). Dans la mesure du possible la personne est amenée à suivre des comportements d’évitement.

Le trouble obsessionnel compulsif (TOC) :

La personne souffre d’obsessions ou de compulsions ou des deux. Les obsessions sont des pensées ou des images qui reviennent sans cesse et qui créent de l’anxiété obligeant la personne à faire des efforts pour ignorer, supprimer ou neutraliser ces pensées. Les TOC sont des comportements répétitifs générés en réaction aux obsessions ou pour prévenir ou réduire un malaise. Le TOC cause un malaise important, prenant plus d’une heure par jour, interférant avec le fonctionnement normal de la personne. Par exemple des personnes vont vérifier 20 fois par jour si leur porte est bien fermée ou se laver les mains des dizaines de fois par jour (peur de la contamination). Pour d’autres se sera des douches à répétition, le besoin de placer les choses dans un certain ordre ou la peur d’être violent, etc.

Le taux est de 1.5% à 2.5% de la population qui souffre de ce trouble. Un antidépresseur peut améliorer les TOC. 10% des TOC ou des tics chez l’enfant ou l’adolescent seraient d’origine infectieuse (post streptococcique).

Les traitements possibles sont :

-ne pas évitez les lieux ou les circonstances qui provoquent l’anxiété mais au contraire il faut les affrontez car les fuir ne fait qu’aggravez les troubles.
– éviter les excitants.
– essayer de vous exprimer, de vous confier.
– psychothérapie classique et psychothérapie cognitivo-comportementale.
– cure de relaxation.
– activité physique quotidienne pour détourner l’esprit des préoccupations.
– les benzodiazépines.
– anxiété légère (buspirone, étifoxine).
– pour diminuer l’anxiété, hydroxyzine 25 (sauf glaucome et prostate).
– anxiété et dépression : anti-dépresseur, sédatif

Traitements naturels complémentaires à essayer selon certains auteurs sans garanties aucune car c’est l’être à sa source qui doit changer :

-magnésium, extraits de plantes (millepertuis…).
-solution du professeur Ibrahim Saracoglu : persil, épinard, cresson alénois ou passerage (matin : persil + épinard, soir : cresson + épinards).

Dépression saisonnière

La dépression saisonnière se caractérise par une dépression due au manque de lumière naturelle durant l’automne et l’hiver. La quantité de lumière présente et disponible en hiver n’atteint que 2 000 lux l(unité de mesure de la luminosité), l’été c’est 100 000 lux pour un jour ensoleillé.

Les plus touchés par la dépression saisonnière sont les peuples du nord (3 à 8 %) dont une majorité de femmes (les enfants et les adolescents étant plus rarement concernés).

Les symptômes sont :

-Fatigue chronique et somnolence pendant le jour.
-Irritabilité ou tristesse, perte d’intérêt et manque d’initiative.
-Besoin exagéré de sommeil.
-Baisse de la libido
-Augmentation de l’appétit et quelque fois une prise de poids.
-troubles de concentration.

Les traitements possibles sont :

-Luminothérapie : 30 minutes par jour exposé devant une lampe intensité lumineuse de 10 000 lux (de préférence le matin).

-Simulation artificielle de l’aube : lampe reproduisant les conditions naturelles du réveil par la simulation de la luminosité d’un lever de soleil.

-Millepertuis : efficace pour traiter la dépression en amélioration de façon significatif l’anxiété, la perte de libido et l’insomnie, trois symptômes associés à la dépression saisonnière.

-Médicaments : antidépresseurs (pour les symptômes prononcés).

-Exercice physique

-Psychothérapie.

————–

“La dépression est une maladie du “souffle”

Jean Vanier fondateur de l’Arche

————-

[su_menu name = “Menu 2” class = “vertical-menu”]